Les 5 pouvoirs, selon le bouddhisme tibétain

Les 5 pouvoirs, selon le bouddhisme tibétain

Le bouddhisme tibétain souligne que Pour entreprendre le chemin de l'évolution spirituelle, il y aurait cinq piliers ou pouvoirs. Ces pouvoirs sont absolument des attributs ou des vertus indispensables. À leur tour, ce sont des qualités spirituelles et la clé est de se développer ensemble, selon le bouddhisme tibétain.

Chacun mène à l'autre et, en même temps, renforce les éléments suivants. Cela signifie qu'ils ne peuvent pas être développés un à la fois, mais qu'il est nécessaire de fonctionner simultanément.

Ces qualités sont discutées comme des pouvoirs, car elles ne représentent pas seulement les attributs en tant que tels, mais mais Ils deviennent des forces qui vous permettent de faire face à des vicissitudes sur le chemin de l'évolution spirituelle. Les cinq pouvoirs dont parle le bouddhisme tibétain sont les suivants.

"Si vous pouvez apprécier le miracle qui contient une seule fleur, toute votre vie changera".

-Bouddha-

1. La foi, la première des cinq pouvoirs

Le mot «foi» est souvent associé à la croyance aveugle en une doctrine. Cependant, dans le bouddhisme tibétain, il a une autre connotation. La foi est pleine confiance que l'on est capable de surmonter les obstacles  être présenté et leur faire face avec succès, Bien qu'il y ait des moments où il ne semble pas.

La foi est aussi l'espoir sans limites. Tout ce qui se passe dans la vie personnelle Et dans l'univers lui-même est parfait. Conduit à un état d'évolution plus élevé, bien qu'il soit parfois perçu comme le chaos. La réalité progresse parfois dans un sens que nous ne comprenons pas, mais au fond il y a toujours une logique d'évolution.

2. Effort

Un autre des cinq pouvoirs du bouddhisme tibétain est l'effort, bien qu'il soit parfois préféré d'utiliser le mot "énergie". Cela a à voir avec la capacité de surmonter l'obstacle ou l'ennemi. Parler d'un observateur et en même temps une position active face aux difficultés.

L'effort, dans ce contexte, est l'opposé de l'inertie. C'est une énergie vivante engagée dans l'évolution. C'est un effort visant à établir l'équilibre. Par conséquent, il se concentre sur tout ce qui a déséquilibré le corps ou les émotions.

3. Pleine conscience

Le troisième des cinq pouvoirs est pleine conscience. Il est associé à l'attention dirigée vers le corps et l'esprit, dans l'ici et maintenant. Être présent à l'heure actuelle, au lieu de se perdre dans ce qui était déjà ou ce qui va venir. Il permet de capturer chaque instant d'existence comme unique et non repeuble, aussi comme le véritable réel.

La pleine conscience est essentielle pour Vivez chaque expérience de manière authentique, sans le filtre mental imposé par les jugements et les préjugés. De même, cela vous permet de rompre avec ces habitudes mentales qui séparent l'expérience de la conscience. C'est une condition nécessaire pour vivre le présent, la seule fois qui est réellement possédé.

4. Concentration

La concentration est un concept central du bouddhisme tibétain. Aussi l'un des cinq pouvoirs, car il se réfère non seulement à une fonction cognitive, mais à un rapport profond avec tout ce qui existait. La concentration la plus élevée est obtenue pendant la méditation Et la fonction de cela est de permettre une fusion avec l'univers.

La concentration s'exprime pleinement dans la contemplation. Contempler n'est pas observé, mais fusionner avec ce que l'esprit et les sens sont concentrés. L'élaboration d'un mandala ou la répétition des mantras sont des exercices qui aident à atteindre ce pouvoir de concentration. Cependant, la route royale est la méditation.

5. Sagesse

Le dernier des cinq pouvoirs est la sagesse. En Occident, il a tendance à comprendre cela comme un synonyme de grande connaissance dans un domaine. Dans le bouddhisme tibétain, cela a à voir avec la compréhension et le discernement. Il permet de distinguer l'illusoire du réel et de faire la lumière sur ce qui semble sombre.

La sagesse dans le bouddhisme n'est pas réalisée en élaborant des concepts ou en atteignant des explications intellectuelles. Il est réalisé grâce à une expérience directe et intime associée à la contemplation. Le résultat n'est pas une conclusion, mais une relation mentale et émotionnelle avec une certaine réalité.

Les cinq pouvoirs du bouddhisme tibétain ne peuvent pas être pratiqués ou se développer séparément. Ils sont le résultat de pratiques constantes qui optent progressivement et conduisent à un niveau supérieur. Au centre de tout est la méditation, qui constitue la voie centrale pour apprendre et augmenter ces facultés spirituelles.