Qu'est-ce que la perversion et pourquoi ça fait du mal

Qu'est-ce que la perversion et pourquoi ça fait du mal

On parle beaucoup de la perversion aujourd'hui, mais le vrai sens de ce concept n'est pas toujours connu en profondeur. Parfois, il est considéré comme synonyme de dépravation sexuelle, d'autres fois, il est mis sur l'étiquette méchante à ce qui se démarque d'être cruel et inhumain.

La vérité est que la perversion a au moins trois significations. L'un est celui accordé par la psychiatrie , science qui a d'abord utilisé ce terme. L'autre est celui qui confère la psychanalyse, et qui est très différente de la précédente. Enfin, il y a la signification populaire, à laquelle nous nous référons dans le premier paragraphe.

En psychiatrie, ainsi que dans le langage populaire, Perversion a une connotation péjorative. Suggère une déviation folle. En psychanalyse, en revanche, il n'a pas cette signification malveillante. En particulier Jacques Lacan l'a approchée comme une structure inconsciente.

Disons, tout d'abord, que le mot perversion provient des racines latines "par" (à travers) et "verset" (action et effet du virage). De là, le terme est né Pervertiver. Cela signifie "décharge, investir ou tourner". Approfondissons un peu dans ce concept.

"La perversion était effrayante mais continuellement excitante, comme un glouton qui gagne dans une maison étrange et sombre vingt-quatre heures par jour".

-James Ellroy-

Perversion en psychiatrie

C'était dans le domaine psychiatrique où le concept de perversion est apparu initialement. J'étais strictement associé à la sexualité. Selon ce terme, tous ces comportements qui ne coïncident pas avec ce qui était considéré comme "normal" a été regroupé Dans le domaine sexuel.

De cette façon, un inventaire a été fait de ce qui pouvait être classé comme pervers. En général, Ce catalogue comprend les comportements de base suivants:

  • Sadisme. Besoin de dominer, infligeant le couple pendant l'acte sexuel.
  • Masochisme. Besoin de soumettre et de ressentir une souffrance physique pendant l'acte sexuel.
  • Paraphilias associé Ressentir le plaisir quand l'autre ne conscient pas l'acte sexuel. Ici, des pratiques telles que la pédophilie et la nécrophilie sont situées.
  • Zoophilie. Inclinaison à ressentir du plaisir au sexe avec des animaux.
  • Fétichisme. Ne ressentez le plaisir sexuel que si vous êtes lié à certains objets, tels que les perruques, la lingerie, les chaussures, les excréments (copropilia), etc.
  • Voyerisme. Ressentez le plaisir en regardant les autres ayant des relations sexuelles.
  • Exhibitionnisme. Éprouver un plaisir sexuel lorsqu'il est vu par les autres.

À l'heure actuelle, les paraphilies ne sont pas considérées comme un comportement pathologique tant que le bien-être et l'intégrité des symptômes ne sont pas violés.

Perversion dans la psychanalyse

À proprement parler, le sexe est biologique et sa fonction est de procréer. Opère ainsi dans le monde animal. À partir de cette réflexion, Sigmund Freud déclare que toute la sexualité humaine est perverse, Tant qu'il est effectué sans limites temporaires et va au-delà de la procréation. De cette façon, il établit une pause avec la psychiatrie.

Pour Freud, les méchants ne devaient pas accepter le manque. En principe, le manque anatomique. Les méchants en principe n'acceptent pas qu'il existe un groupe d'êtres humains qui n'ont pas de phallus (femmes). Par conséquent, il remplace cette faute en introduisant des fétiches, qui seraient la représentation symbolique du phallus qui n'existe pas.

Jacques Lacan a élargi ce concept. Il a souligné que la perversion ne tolère pas le manque, non seulement anatomique, mais le manque dans un sens absolu. Besoin d'exhaustivité, de perfection, de tout ce qui n'implique pas un manque. C'est pourquoi le pervers s'étend à la vie sociale, politique et institutionnelle.

Expressions du pervers

Du point de vue de la psychanalyse, Les méchants ne sont pas réprimés et c'est sa différence avec le névrotique. Impose votre propre loi, pour ainsi dire. Le névrotique, en revanche, est réprimé bien que le nie alors. J'aimerais être comme les méchants, qui fait ce qu'il veut et ne souffre pas pour cela. L'une des figures emblématiques de la perversion est le marquis de Sade.

La psychanalyse lacanienne insiste sur le fait que la perversion définitive est dans cette position existentielle de "être la loi". Il existe une phrase extrêmement offensive qui, cependant, définit parfaitement la logique du pervers: "les lois, comme les femmes, ont été faites pour les violer". C'est la position contre la loi et sa conformité qui constitue ou non la perversion.

C'est pourquoi on parle de perversion dans le politique, le social et l'institution. Une personne, une société, une famille ou une institution perverse sont celles qui transgressent. Ils font le tour des lois naturelles, logique, culturelle ou légale. Ils le font pour des raisons qui ne savent pas, pas avec un but défini comme tel.